Skip to main content

Les Tournants font-ils partie du passé ou bien sont-ils les marqueurs de l'avenir ? Sont-ils toujours accompagnés d'un grand boum, ou d'un feu d'artifice, comme c’est le cas à chaque passage de la nouvelle année, ou peuvent-ils se produire en silence, sans même qu'on s'en aperçoive au début ?

Julia Dina Heße

Les dernières semaines de l’année m’agacent toujours un peu. On entre dans une période de transition qui est déjà toute tracée, où l’on glisse lentement d’une année vers l’autre. C’est un no man’s land émotionnel pour moi, car je sens le présent se transformer lentement en passé alors que le soi-disant futur n’est pas encore officiellement arrivé. Il en va de même pour les anniversaires. Quelques semaines avant la date de mon anniversaire, j’ai du mal à savoir quel âge j’ai exactement car j’ai l’impression de ne plus avoir vraiment l’âge que j’avais avant, mais de grandir lentement dans celui d’après. C’est comme être dans un ascenseur ou dans un escalier, ou sur un bateau, ou dans un train : des endroits qui ne peuvent pas être localisés parce qu’ils sont entre deux points.

Comme les Tournants (Turning Points). Les Tournants font-ils partie du passé ou bien sont-ils les marqueurs de l’avenir ? Sont-ils toujours accompagnés d’un grand boum, ou d’un feu d’artifice, comme c’est le cas à chaque passage de la nouvelle année, ou peuvent-ils se produire en silence, sans même qu’on s’en aperçoive au début ?

Le thème du Rassemblement Artistique de l’ASSITEJ que nous venons de vivre ensemble à Belgrade et à Novi Sad était Tournant (“Turning Points”). Même si cela semble déjà appartenir au passé, et alors que le Congrès mondial s’ouvre à Cuba dans 6 mois, de nombreuses réflexions et moments partagés en Serbie résonnent encore en moi et me donnent l’impression qu’ils resteront jusqu’au Congrès.

Je voudrais partager l’une d’entre elles ici :

Lors des Rencontres Artistiques, nous avons échangé sur la signification du mot « Tournant » dans le cadre de notre art dédié à l’enfance et à la jeunesse. En groupes, on nous a demandé de créer une image/un dessin incluant et combinant les différentes perspectives. Au final, cette réflexion a permis de montrer la richesse des différents points d’attention, les souhaits, les idées et les champs d’action pris en compte par les artistes travaillant pour et avec le jeune public dans leur pratique. Je vous livre ici quelques exemples :

Sur l’un d’entre eux on pouvait lire : “Reconnaître que les jeunes d’aujourd’hui sont immergés dans le monde numérique” et que le Tournant “mette fin à la technophobie”. Un autre parlait d’un sujet complètement différent, à savoir la “parentalité et les Arts” ; ceci afin de réfléchir sur comment passer d’un état de “mauvaise conscience au travail et à la maison” à un “équilibre vie-travail” qui convienne non seulement aux parents-artistes mais qui puisse devenir la norme pour tous les artistes. Autre sujet intéressant abordé, les différents obstacles auxquels nous pouvons être confrontés. Ainsi, à l’instar d’un “DominoDay” penser que chaque obstacle se transforme en domino : lorsque « vous faites basculer le premier, tous les autres tombent”.

La dernière me ramène au concept délicat du temps et la relation que nous avons avec lui : le présent, le passé, le futur: “Les enfants ne sont PAS le futur. Les enfants, c’est le présent.” De même pour les personnes âgées : “Elles ne sont PAS le passé ». En d’autres termes Tout le monde est MAINTENANT. Cela montre “l’importance de la scène intergénérationnelle” et indique clairement : “Nous sommes tous ici ensemble”.

Sur ces mots, je vous souhaite à toutes et tous un début d’année plein d’espoir et de tendresse. A bientôt !